Bitcoin et cryptomonnaies : faut-il acheter du RIPPLE (XRP) ?

Classé dans : CRYPTO-MONNAIES | 2

Le titre de mon article n’est pas tout à fait exact !

Ripple est une entreprise et XRP est le « token » utilisé dans le fonctionnement du système que propose cette société.

Ripple est donc le nom de la société qui distribue la cryptomonnaie ou monnaie dématérialisée « XRP ».

 

Ripple, une start-up de San Francisco destinée au « B2B »

 

Le monde des cryptomonnaies est en pleine effervescence depuis quelques mois et certains amateurs de ce marché ne semblent ne pas bien comprendre ce qu’est Ripple et ses objectifs.

La société Ripple se décrit comme « The world’s only enterprise blockchain solution for global payments ».

Pour en savoir plus, regardons la définition Wikipédia de Ripple :

Ripple est un système de règlement brut en temps réel (RBTR), un marché des changes et un réseau d’envois de fonds par la société Ripple. Aussi appelé le Ripple Transaction Protocol (RTXP) ou protocole Ripple3, il est construit sur un protocole internet distribué et open source, un registre de consensus et une monnaie native appelée XRP (ripples). Lancé en 2012, le réseau Ripple vise à permettre des « transactions financières mondiales sécurisées, instantanées et presque gratuites, de toute taille sans rejets de débit ». Il prend en charge n’importe quelle monnaie fiduciairecrypto-monnaiecommodité ou toute autre unité de valeur tels que miles aériens, minutes mobiles4,5. À sa base, Ripple repose sur une base de données publique partagée ou registre6, qui utilise un processus de consensus permettant des paiements, échanges et envois de fonds dans un processus distribué7.

Le réseau est décentralisé et peut fonctionner sans Ripple (entreprise), il ne peut pas être fermé8. Parmi les validateurs figurent des entreprises, des fournisseurs d’accès Internet et le Massachusetts Institute of Technology9,10.

Utilisé par des entreprises telles que UniCreditUBS ou Santander, le protocole Ripple a été de plus en plus adopté par les banques et les réseaux de paiement comme technologie d’infrastructure de règlement11, avec American Banker expliquant que « du point de vue des banques, les registres distribués comme le système Ripple ont un certain nombre d’avantages par rapport aux crypto-monnaies comme bitcoin », y compris le prix et la sécurité12.

 

L’idée du Ripple a été introduite en 2004 par Ryan Fugger, originaire de Vancouver, au Canada. Pendant les dix années qui ont suivi, la monnaie virtuelle a continué d’être développée. Puis, en 2014, plusieurs grandes banques ont commencé à utiliser le RIPPLE et ses réseaux de paiement. Le système de Ripple présente des avantages pour ces banques, comme son prix et sa sécurité. Il offre une alternative aux options de “versement” ou de “système de compensation”.

L’entreprise derrière le RIPPLE est “OpenCoin”. Deux entités distinctes composent le RIPPLE : il y a le réseau de paiement d’un côté et la monnaie virtuelle de l’autre. Basé sur la décentralisation du système monétaire, le RIPPLE  vise à travailler avec divers systèmes de paiement à travers le monde.

L’objectif de la société Ripple grâce a sa technologie est d’accélérer les transactions financières d’un pays à l’autre, et remplacer SWIFT à terme. Certains disent que le protocole Ripple serait un peu comme le protocole SMTP pour les mails. Donc une technologie orienté « business to business » (Ripple s’adresse directement aux banques et grands groupes financiers) et non destinée aux particuliers. C’est peut être une des raisons pour laquelle les amateurs des cryptomonnaies s’intéressent moins à cette société malgré l’importance de la capitalisation de son « token » le XRP.

La start-up a levé 55 millions de dollars en septembre dernier ce qui porte à 93 millions les fonds levés depuis sa création en 2012, ce qui prouve son succès grandissant avec les principaux acteurs financiers de la planète. En effet 15 des 50 plus grandes banques mondiales utilisent déjà la technologie RippleNet permettant les transactions financières mondiales sécurisées et instantanées via la technologie blockchain.

 

La solution xRapid de Ripple utilise sa monnaie native XRP

 

La société a une liste de partenariats et d’expérimentations connus publiquement. De nombreuses entreprises ont annoncé des expérimentations et intégrations avec Ripple. Par exemple UBS, UniCredit, SAP ou Western Union s’en servent uniquement pour faire des transferts entre leurs propres filiales dans différents pays. Le 10 octobre 2017, Ripple annonce la création de partenariat avec une centaine d’institutions financières. Ces banques ou prestataires de services de paiements utiliseront dorénavant la technologie Ripple pour fournir à leurs clients un service de paiement global instantané. Cette liste est en pleine croissance.

 

Principales entreprises utilisant le réseau RippleNet

 

La technologie Ripple n’en est donc plus au stade de l’expérimentation et fonctionne dans le mode réel. Ripple est l’une des rares entreprises de la sphère des cryptomonnaies à faire de l’argent et à travailler avec de vrais clients. En effet, dans quels restaurants en France peut-on payer actuellement avec du LTC (LITECOIN) ?? Cette société californienne pourrait potentiellement devenir le leader des échanges monétaires dans le monde. Cette industrie se monte en billions de dollars…

D’ailleurs la société Ripple a embauché en avril 2017 l’ancien directeur économique de SWIFT.

 

XRP, une monnaie dématérialisée et déflationniste

 

 

Selon la société Ripple, XRP est « The Digital Asset for Payments ».

Il est important de faire la distinction entre la société créatrice et la monnaie, même si les deux sont très imbriquées.

Les XRP sont la devise native du réseau Ripple qui existe seulement dans le système Ripple. Les XRP sont actuellement divisibles à 6 décimales, et la plus petite unité est appelée une goutte avec 1 million de gouttes équivalant à 1 XRP.

Les XRP existent nativement au sein du protocole Ripple comme une devise sans contrepartie, comme le fait BITCOIN sur la Blockchain. Parce que les XRP sont un actif, par opposition à un solde échangeable, ils ne nécessitent pas que les utilisateurs fassent confiance à une institution financière spécifique pour les négocier ou échanger. Toutes les autres devises sur Ripple nécessitent une certaine quantité de confiance, car elles ont chacun un émetteur, à partir duquel cette devise peut être échangée (ce qui inclut les BTC sur le réseau Ripple) ».

Au niveau des performances, la société Ripple annonce une durée de transfert d’environ 4 secondes ! Donc pour des échanges interbancaires internationaux, c’est beaucoup beaucoup plus rapide que le protocole SWIFT en place par exemple qui prend en moyenne 3 à 5 jours ouvrés ! Du transfert en temps réel en quelque sorte…On peut voir aussi le comparatif avec la blockchain de l’ETHEREUM (plus de 2 minutes) et du BITCOIN (plus d’une heure, victime de son succès !) :

 

Donc la blockchain mise en place par Ripple est la plus rapide au niveau des temps de transactions et XRP traite 1 500 transactions par seconde (24h/24 et 7 jours/7), et peut évoluer pour gérer le même débit que Visa :

 

Alors quel est le rapport entre Ripple et le XRP ??

Ripple utilise les XRP pour effectuer les échanges (devise « pivot « ). Par exemple, pour un transfert d’euros en dollars de la France aux Etats-Unis, l’argent est débité sur le compte français puis transféré sur celui d’un intermédiaire, toujours en France, qui envoie l’équivalent en XRP à un autre intermédiaire aux Etats-Unis. Celui-ci doit disposer de dollars en « pre-funding » et débite son propre compte pour créditer le destinataire final. La compensation est locale, seule la monnaie virtuelle passe les frontières.

Au niveau du nombre de XRP en circulation, on peut regarder le détail concernant le XRP (ici sur le site de coinmarketcap) :

 

On constate que tous les XRP ont déjà été produits, on dit que le XRP est un token « pré-miné ». 100 milliards de XRP ont été créés lors de la genèse de Ripple « Max Supply ». Donc à ce jour, le plafond de 100 Milliards de XRP a été émis.

On constate qu’environ 38% seulement des token sont en circulation (plus de 38 milliards) « Circulating Supply ». Les fondateurs et les membres de la société Ripple possèdent une grande partie des tokens. Sur les 100 milliards créés, 20 milliards de XRP ont été retenus par les créateurs, qui étaient aussi les fondateurs de Ripple Labs. En mars 2015, 67 % des 80 % originels que possédait Ripple Labs étaient encore retenus par la société. On peut dire que l’essentiel de la richesse est « centralisée » auprès des fondateurs…

En mai 2017, pour apaiser les préoccupations concernant l’offre XRP, Ripple s’est engagé à placer 55 milliards de XRP (88 % de ses avoirs XRP) sous séquestre cryptographiquement sécurisé « XRP placed in escrow ». Cela permet de vérifier mathématiquement l’offre maximale de XRP qui peut entrer sur le marché. Ceci afin d’améliorer la liquidité et avoir un marché sain et fiable des XRP (pour plus de détail sur cette opération, cliquez ici).

On a donc à la fois des XRP distribués sur le marché (le « flottant » que peut acheter le grand public sur les échangeurs de cryptomonnaies comme Kraken), une partie appartenant à la société Ripple et le reste en « escrow » :

 

Ripple VS Bitcoin : XRP vs BTC

 

Le BITCOIN et le RIPPLE se ressemblent beaucoup. Comme pour le BITCOIN, la quantité de « Ripples » en circulation est limitée. Les deux monnaies peuvent être transférées de pair à pair (peer to peer) et elles disposent toutes les deux de clés de sécurité électroniques afin d’éviter tout problème de transaction. Les informations de paiement restent privées. Cependant, les informations relatives aux transactions sont publiques.

On peut comparer le token XRP « préminé » avec le BITCOIN qui est « minable » :

 

Le nombre maximum de BTC de 21 millions n’a pas été atteint, c’est donc un token en « croissance » (il existe donc un nombre limité de Bitcoins, mais qui augmente progressivement). Contrairement au nombre maximum de XRP qui a déjà été produit comme on l’a vu auparavant.

Et contrairement au BITCOIN et à de très nombreuses monnaies dématérialisées, le XRP est déflationniste. Contrairement au BITCOIN , qui dispose d’un stock limité (comme la majorité des crypto-monnaies) sans déflation possible du nombre de BITCOINune très faible partie des XRP se « perdent » durant les transactions, réduisant le stock et assurant l’augmentation de la valeur, soit exactement le contraire d’une inflation avec un stock illimité. Chaque compte Ripple nécessite d’avoir une petite réserve de 20 XRP.

En résumé, le Ripple est un réseau de transactions décentralisé, qui dispose d’une monnaie virtuelle. Le BITCOIN est une monnaie virtuelle décentralisée. Le BITCOIN veut modifier ce avec quoi nous payons, le Ripple veut modifier la manière dont nous payons.

Le pont BITCOIN est une des caractéristiques du système de Ripple :

Le pont bitcoin est un lien entre les écosystèmes Ripple et bitcoin. Le pont permet de payer n’importe quel utilisateur bitcoin directement d’un compte Ripple sans jamais avoir à posséder de cette monnaie numérique. En outre, tout commerçant qui accepte les bitcoins a maintenant le potentiel d’accepter n’importe quelle monnaie dans le monde. Par exemple, un utilisateur de Ripple peut préférer garder une somme en dollars américains et ne pas posséder de bitcoin. Un commerçant peut toutefois désirer un paiement en bitcoin. Le pont bitcoin permet à tout utilisateur de Ripple d’envoyer des bitcoins sans avoir à utiliser un centre d’échange comme BTC-e pour les acquérirBitstamp agit comme une passerelle pour le protocole de paiement Ripple, parmi d’autres échanges.

 

Une blockchain « centralisée » ?

 

L’esprit initial des blockchains c’est la décentralisation et pas de tiers de confiance. Comme la blockchain du BITCOIN.

Pour la blockchain XRP, on peut constater que le nombre de validateurs par transaction (les « noeuds ») est restreint, le processus de validation est apparemment « centralisé » un peu à l’opposé à l’esprit des blockchains en général. Il n’y a pas de « mineurs » car tous les tokens comme on l’a vu ont été créés. De plus la société détient plus de 61 milliards de jetons XRP (avec la partie en « escrow »), il n’est donc pas exagéré de dire que Ripple est centralisée, ou du moins plus que la majorité des autres crypto-monnaies.

Petite précision, le système XRP n’est pas vraiment une blockchain à proprement parlé comme pour BITCOIN mais un « ledger » (ou cahier des comptes) avec des « gateway », la littérature américaine utilise le terme de « XRP ledger ».

 

Carte mondiale des « validators » du XRP ledger

 

Pour contrer cela, Ripple a publié sa stratégie de décentralisation en mai 2017. Ripple a annoncé les plans pour diversifier les validateurs sur le réseau XRP et les a étendus à 55 nœuds de validateurs en juillet 2017 (pour en savoir plus cliquez ici) :

 

Alors est-ce que Ripple est centralisée ou décentralisée ? Peut-être qu’on peut dire que c’est un « mélange » entre les deux. D’un côté on a une société qui possède la majorité des « tokens ». De l’autre elle essaie apparemment de prioriser l’acquisition et l’intégration de nouveaux partenaires sur son réseau RippleNet. Être centralisé n’est pas nécessairement une mauvaise chose, mais cela peut dissuader de nombreux idéologues de la « décentralisation » au sein de la communauté des cryptomonnaies.

 

Faut-il investir dans le XRP ?

 

Les détracteurs de la société Ripple et de sa devise native le XRP la voit comme la cryptomonnaie « des banques » et donc des institutions centralisées. Ce qui est le but inverse de l’esprit du BITCOIN, c’est à dire d’être une monnaie décentralisée et destinée à être en dehors du réseau bancaire institutionnel. Les partisans des BITCOIN ont critiqué les XRP pour être « pré-minés », les XRP étant directement intégrés au sein du protocole Ripple et ne nécessitant pas de minage. Enfin on pourrait dire plus précisément que le XRP n’est pas « pré-miné » puisque c’est la devise native du réseau Ripple.

Ces partisans trouvent que le volume des XRP attribué aux dirigeants de la société Ripple est trop important, ce qui peut éventuellement entraîner des « manipulations » et un effet artificiel sur la demande. Ou des spécialistes de la blockchain craignent que le protocole d’échange inter-bancaire de Ripple ne soit pas stable (en effet le cours du XRP peut varier pendant la durée des transactions à cause de la partie flottante de la cryptomonnaie).

Alors est-ce que le XRP est vraiment une cryptomonnaie ?

Au vu de ces désavantages, le XRP n’est pas la monnaie ou cryptomonnaie qui passionne le plus les investisseurs de la sphère des cryptomonnaies. Pourtant on constate un réveil brutal de la monnaie XRP récemment, ci-dessous l’évolution du cours du XRP (en USD) sur les derniers mois :

 

Cela prouve un intérêt grandissant pour le XRP et donc pour la technologie apportée par la société californienne. Par exemple l’entrée dans le réseau RippleNet de grands noms du secteur bancaire peut influencer le cours de ce token. Ou l’achat de token par de gros acteurs peut avoir potentiellement un fort impact sur le cours, vu que le « flottant » est seulement d’environ un tiers du total des tokens créés. Par exemple si les banques centrales se mettent à acheter des cryptomonnaies, le XRP pourrait être un bon choix (stabilité, lié aux banques et à priori moins volatil que le BITCOIN ou l’ETHER). Voir le lien sur le sujet : 2018: The Year Central Banks Begin Buying Cryptocurrency.

De plus la faible valeur actuelle du token XRP (autour de 1$) pourrait être un argument d’achat par rapport à d’autres cryptomonnaies (comme le BITCOIN qui se valorise plusieurs milliers de dollars l’unité). Mais il faut faire le rapport avec la capitalisation totale et le nombre de tokens disponibles sur le marché.

Sur le site de Ripple on peut avoir la liste des « exchanges » où on peut acheter/vendre du XRP (ICI) :

 

On constate qu’il y a des plateformes très connues qui permettent l’échange du token de Ripple : BitStamp, Kraken, …Mais on constate que certains gros acteurs sont absents comme par exemple Coinbase. Coinbase est un des principaux portail d’entrée pour les investisseurs dans les crytomonnaies. Cette plateforme ajoute régulièrement de nouvelles cryptomonnaies. Alors le XRP pourrait faire partie des prochains tokens disponibles sur le portail de cette plateforme très connue, ce qui pourrait renforcer sa légitimité et sa visibilité dans le marchés des cryptos. Et avoir des répercussions sur son cours.

De plus si on se rend sur le site coingecko (https://www.coingecko.com/fr), on peut avoir un classement des cryptomonnaies non pas seulement selon la « market cap » mais avec certains critères spécifiques. On se rend compte que le XRP est troisième, juste derrière le BITCOIN et l’EHTEREUM :

 

On peut dire que le RIPPLE est plus ou moins en concurrence avec les autres cryptomonnaies vu ses spécifications. Mais RIPPLE est surtout en concurrence avec les solutions qu’il veut remplacer (comme SWIFT). Et avec les sociétés qui veulent bâtir elles aussi un nouveau système interbancaire plus rapide, moins coûteux et plus sécurisé.

Pour ma part, je vois les choses un peu différemment. Si on veut répliquer ou échantillonner le marché des cryptomonnaies, on constate que RIPPLE (ou XRP) occupe une place importante en terme de capitalisation puisque elle se classe actuellement en 4ième position avec environ 40 milliards de capitalisation (au 25/12/2017) :

 

Donc avoir des XRP dans son portefeuille parait être incontournable pour bien représenter le marchés des cryptos (si on considère toutefois que le RIPPLE a sa place dans cette liste…). De plus en terme de diversification le XRP peut jouer un rôle vu ses spécificités par rapport à la blockchain BITCOIN.

Par exemple en ces temps de turbulences sur le marché des cryptos, être investi en partie avec des XRP dans son portefeuille peut être une option intéressante (décorrélation et diversification). Le token de la société Ripple peut monter ou bien résister par apport aux autres cryptomonnaies quand celles-ci baissent, mais ce n’est pas toujours le cas (instantané du 23/12/2017) :

 

EDIT DU 30/12/2017 : 

Cela va vite dans le monde des crypto-monnaies ! La « market cap » de RIPPLE est passée devant celle de ETHEREUM et se classe 2ième juste derrière BITCOIN :

 

 

Vous pouvez consulter mon nouvel article sur mon portefeuille crypto-monnaies et mon achat sur XRP :

Mon portefeuille Bitcoin, Ripple et cryptomonnaies sur Bitstamp

 

 

 

Déontologie : je possède du XRP dans mon portefeuille au 25/12/2017

 


Parrainage ING                                       Parrainage Fortunéo

 

                         

 

 

 

 

 

 

Cette article n’est pas un conseil d’achat ou de vente. Il est donné à titre d’information sur certains mouvements de mon portefeuille financier personnel et réel et cela en toute transparence. Chaque investisseur doit s’informer et mesurer les risques par rapport à son patrimoine avant de prendre une décision d’investissement. Je suis un investisseur particulier. Je n’ai pas la prétention de donner des conseils boursiers (achat ou vente de telle action à tel cours). Je ne suis ni gestionnaire de patrimoine, ni conseiller en investissement financier (CIF).

2 Responses

  1. Très bel article. Clair et limpide. Enorme merci! Je le partage.

Laissez un commentaire