Avez-vous peur de la volatilité sur les marchés financiers ?

Classé dans : STRATEGIES | 0

Les marchés sont au beau fixe, les marchés US battent records sur records sur l’indice des 500 plus importantes valeurs américaines, le S&P 500. Et c’est encore plus impressionnant sur l’indice phare qui représente les valeurs technologiques (AMAZON, GOOGLE, APPLE, …) le NASDAQ. Cela ressemble de plus en plus à la bulle des années 1999/2000 (voir mon article ici sur le sujet).

Les marchés européens et notamment français ne sont pas en reste. Par exemple le CAC PME fait environ +20% depuis le début de l’année et plus de +42% sur un an !! Du coup les investisseurs sont de plus en plus nombreux à venir (ou revenir) sur les marchés boursiers et les petites valeurs ou « small caps » redeviennent à la mode…Les investisseurs prennent de plus en plus de risques : ils délaissent les « big caps » au profit des plus petites valeurs qui donnent actuellement plus de performance (mais qui du coup sont plus volatiles quand les marchés se retournent), ont des portefeuilles 100% actions ou presque, achètent des valeurs au plus haut sans « marge de sécurité » (si chère aux investisseurs dans la valeur), etc…

Connaissez-vous le VIX ? Voici sa définition sur wikipédia :

Le VIX est un indicateur de volatilité (Volatility Index, abrégé en VIX) du marché financier américain. Il est établi quotidiennement par le Chicago Board Options Exchange (CBOE). Cet indice est calculé en faisant la moyenne des volatilités sur les options d’achat (call) et les options de vente (put) sur l’indice Standard & Poor’s 500 (S&P 500).

Cet indice permet de mesurer le niveau de peur – c’est pourquoi il est souvent appelé « indice de la peur » – des investisseurs qui est implicitement contenu dans les prix des options. Les options permettent de valoriser le fait d’avoir un choix, or plus l’incertitude est grande plus le choix vaut cher.

Cet indice permet donc de mesurer « la peur » sur les marchés financiers. Et visiblement la « peur » a presque totalement disparu des marchés, cet indice est tombé à un plus bas historique, on peut voir son évolution sur un an :

 

Lorsque les marchés montent, le VIX a donc logiquement tendance à baisser. Et lorsque les marchés baissent, ils deviennent plus volatiles et du coup le VIX a tendance à monter, voir à exploser. Sur ce graphique, on peut voir la comparaison sur ces dernière années entre le NASDAQ et le VIX (en jaune), c’est très parlant :

 

Donc pour l’instant le VIX est au plus bas et les marchés boursiers continuent à monter…Cela peut encore durer des années, mais fatalement le VIX finira par remonter et la volatilité avec !

Que se passe-t’il lorsque la peur et la volatilité reviennent sur les marchés ?

Prenons un exemple sur les « small caps » qui actuellement ont de plus en plus la faveur des investisseurs français. L’action GENFIT (secteur biotechnologique) était la valeur à la mode sur les forums boursiers au début de l’année 2015. Des investisseurs voyaient des cours futurs de plus en plus hauts voir « délirants » car c’était une action très « prometteuse ». Pourtant en quelques semaines, le cours de l’action a perdu 65 % !!! Puis a suivi un violent rebond « technique », il faut être bien « accroché » en bourse :

 

De manière générale, on peut étudier la volatilité sur l’ensemble des « small caps » en regardant les performances annuelles de cette classe d’actifs (pour les marchés US sur le graphique ci-dessous). On peut effectivement avoir des années avec de belles performances (plus de 30% et même presque 60% !). Mais du coup il y a des années sans où on peut perdre « gros », avec des années à -30%. En tout cas il faut pouvoir supporter la volatilité liée à cette classe d’actifs :

 

Et les variations à la hausse comme à la baisse sont encore plus impressionnantes sur le secteur des « micro caps » (marchés US) :

 

La volatilité peut être difficile à supporter si on concentre tous les facteurs de risque :

  • un portefeuille financier avec une seule classe d’actifs, c’est à dire que des actions
  • 100% d’actions de la zone euro ou françaises
  • une majorité de « small caps »

Regardons l’évolution du CAC 40 lors de l’été 2011. On constate que la volatilité s’est réveillée d’un seul coup et l’indice français a fait une chute brutale de -35% en quelques semaines !! Cela ne rigolait pas trop sur les forums boursiers :

 

En « zoomant » sur ces semaines mouvementées, on peut constater que les variations ont été très fortes à la hausse comme à la baisse. Avec des variations hebdomadaires de plus de 10% lors de l’été et automne 2011 :

 

Alors les variations étaient encore pires pour les investisseurs qui avaient uniquement des « small caps » dans leur portefeuille, de quoi abandonner la bourse et tout vendre au plus bas !

Mais la volatilité peut être moins visible ou plus insidieuse sur les marchés financiers…Par exemple la monnaie européenne a beaucoup diminué par rapport au dollar américain en quelques mois. Bravo à ceux qui avait investi massivement sur les valeurs américaines en 2014 :

 

Mais les fortes volatilités peuvent se traduire à la baisse comme à la hausse. Depuis l’EURO reprend déjà presque 10 % :

 

Et tout récemment, cela n’a pas fait la une des journaux, mais la plus grosse foncière américaine en terme de capitalisation SIMON PROPERTY GROUP a perdu plus de 32% depuis ses plus hauts !! Forte remontée à prévoir ??

 

Est-ce que votre portefeuille est « blindé » contre la volatilité sur les marchés financiers ? 😉

 


Les stratégies gagnantes               Parrainage ING                                       Parrainage Fortunéo                          Parrainage Boursorama

        

                         

 

 

 

 

 

Cette article n’est pas un conseil d’achat ou de vente. Il est donné à titre d’information sur certains mouvements de mon portefeuille financier personnel et réel et cela en toute transparence. Chaque investisseur doit s’informer et mesurer les risques par rapport à son patrimoine avant de prendre une décision d’investissement. Je suis un investisseur particulier. Je n’ai pas la prétention de donner des conseils boursiers (achat ou vente de telle action à tel cours). Je ne suis ni gestionnaire de patrimoine, ni conseiller en investissement financier (CIF).

Laissez un commentaire